Récit de GR20, étape par étape, le Nord

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Après 14 jours de marche, nous avons accompli notre GR20, avec le Monte Cinto en prime. Depuis quelques semaines que nous sommes rentrés tout cela semble déjà bien loin, mais rien de tel qu’un récit pour se replonger dans son trek.

GR20-Nord-randonner

Pour le côté pratique, nous avons diné en refuge et dormi en tente la plupart du temps sauf exception. Pour ce qui est du déjeuner, nous nous sommes approvisionnés (plus ou moins selon les stocks des refuges) en pain, saucisson et fromage dans les refuges quasi quotidiennement.

Voici la première partie du récit, la partie nord du GR20. Pour le partie sud, c’est ici.

Pour tout le dossier GR20-Corse :

Le topo détaillé du GR20 avec la trace GPX

La randonnée du GR20 en Corse : quand partir? dans quel sens? le budget?

Liste de matériel pour faire le GR20 en Corse

Corse du Nord : GR20

Corse du Sud : GR20

Étape 1 – Dimanche 31 aout : Calenzana – Refuge d’Orto di u Piobbu
Panoramas

Cette première journée qui nous fait prendre pas mal d’altitude est longue, mais nous semble plutôt courte : on commence a marcher de bonne heure (7h15) et surtout, on est tout frais. Au fur et a mesure que l’on s’élève, les vues de la baie de Calvi sont magnifiques.
Des le premier jour, le GR20 se révèle avec ses panoramas exceptionnels et ses montées ou il faut sortir les mains de ses poches.

Étape 2 – Lundi 1er septembre : Refuge d’Orto di u Piobbu – Refuge de Carrozzu
Crêtes et baignade

Première nuit, première victime de la gastro, mais le mal est vite balayé. En résume aujourd’hui, une grande montée, puis une grande descente où on est bien content d’arriver en bas. Premier passage sur les crêtes : premières sensation de ce qu’est le cœur du GR20, un survol des cimes…
En poussant encore 15 minutes après le refuge, on peut se baigner au niveau de la passerelle, et cela en vaut vraiment la peine.

Etape 3 – Mardi 2 septembre : Refuge de Carrozzu – Haut Asco
Crêtes

La première partie de cette journée, la montée dans les gorges granitiques a été l’une de mes ascensions préférée du GR20, à la fraiche sur ces grande dalles de pierres, un régal. D’autant plus que la vue au col est tout simplement magnifique. Comme finalement, nous avalons vite l’étape, nous faisons une longue pause sur les crêtes avant de plonger vers Haut Asco et cela vaut bien la peine de s’arrêter un moment pour profiter du spectacle avec la chaine du Cinto qui défile devant nous.
A Haut Asco, nous optons pour le gite (avec douche chaude) plutôt que le bivouac et pour le restaurant délicieux. (Le Chalet)

Etape 4 – Mercredi 3 septembre : Monte Cinto (Cintu) 2707m
Sommet, baignade possible

Aujourd’hui, une étape hors GR, car nous souhaitons découvrir le point culminant de la Corse. La montée est assez agréable dans sa première partie, mais le devient beaucoup moins quand on attaque le grand pierrier. L’arrivée à la crête est assez décevante : on pense qu’on est tout prêt du sommet, mais il faut encore une bonne heure pour y accéder et surtout encore pas mal de dénivelé positif et négatif. Le sommet est magnifique, même si nous n’y restons que trop peu de temps. Et la descente est looooongue et caillouteuse. Si longue qu’arrivés en bas, on n’a même plus la force de se baigner dans les magnifiques piscines naturelles.
Et pour oublier cette trop longue descente, nous nous ruons dès notre arrivée sur les fondants aux châtaignes du Chalet… Vive la montagne:-)

Étape 5 – Jeudi 4 septembre : Haut Asco – Bergerie de Ballone
Cirque de la Solitude, baignade

C’est aujourd’hui l’une des étapes les plus emblématique du GR20 : le Cirque de la Solitude. L’ascension vers le fond du vallon est plutôt tranquille. Au niveau de la crête et avant de descendre dans le cirque, il fait un vent a décorner les bœufs. La traversée du cirque mythique qui consiste en fait à le descendre puis le remonter est un passage qui peut sembler impressionnant mais qui m’a paru plutôt ludique : grimper avec ses mains, ça change un peu !
Après un pique-nique (l’éternel saucisson, pain, fromage canistrelli) à flan de montagne, on finit de descendre jusqu’aux bergeries de Ballone, de manière à équilibrer avec l’étape du lendemain qui s’annonçait un peu courte sinon.
Aux bergeries, on remplace la douche par un bon bain dans la rivière : délicieux.

Étape 6 – Vendredi 5 septembre : Bergerie de Ballone – Col de Vergio
Retour de la verdure, baignade

Après une chouette montée à flan de coteau et en forêt, on passe un col qui nous amène dans un vallon herbeux et doux. Et c’est un vrai plaisir de retrouver de l’herbe après toute la caillasse que l’on a rencontrée. On s’arrête prendre un café au refuge de Ciottulu à i Mori qui offre un magnifique panorama sur la vallée du Golu. Puis la descente est tranquille, d’abord sur les crêtes puis le long de la rivière.
Et parce qu’on a un duo de vaillants gaillard dans la troupe (Dams et Gillou), on se paye meme le luxe de manger des miaccioli (délicieuse spécialité corse de pain fourré au fromage de brebis) qui viennent de la bergerie à 3 km en contrebas au bord d’une superbe piscine naturelle.
On termine notre journée au gite bien confortable du col de Vergio.

Étape 7 – Samedi 6 septembre : Col de Vergio – Refuge de Manganu
Lac de Ninu, baignade

Une étape assez tranquille aux paysages de Nouvelle Zélande !
Les cols venteux aux arbres tordus nous inspirent de belles photos et le lac de Ninu nous apaise par son panorama aux formes harmonieuses.
En descendant vers le refuge de Manganu, on achète du fromage a la Bergerie de Vaccaghia : ce n’est pas la meilleures idée qu’on ait eu sur notre parcours, il était immangeable !
Au refuge de Manganu, on opte pour la rivière à nouveau plutôt que la douche et on profite bien du soleil et moins du diner…

GR20 Nord

Etape 8 – Dimanche 7 septembre : Refuge de Manganu – Refuge de Petra Piana
Crêtes, lacs (vus d’en haut)

A nouveau aujourd’hui, on a deux malades dont moi… Pourtant la journée est vraiment magnifique avec la montée sur les crêtes et la traversée du cirque surplombant les deux magnifiques lacs d’altitude de Capitello, et de Melo. Pour Gillou et pour moi, c’est un vrai challenge et on sieste au col de Rinoso. On arrive avec soulagement au refuge de Petra Piana où le gardien est pour le moins atypique (attention, il va bientot fermer pour aller faire sa sieste).
Le brouillard se lève rapidement en fin de journée (enfin, Gillou et moi on dort pendant ce temps là) et on est contraints de manger à l’intérieur où il a beaucoup de malades et peu de place…
La nuit est très très ventée et on se réveille e matin couverts de poussière. Vivement Vizzavona !

Etape 9 – Lundi 8 septembre : Refuge de Petra Piana – Vizzavona
Crêtes(Variante)

Aujourd’hui dans le groupe c’est pas moins de quatre personnes qui sont malades, mais quatre nouveaux ! Histoire que chacun y passe a tour de rôle.
Malgré tout, on décide de doubler l’étape car il paraît que le refuge d’Onda n’est pas extraordinaire. On opte aussi pour la variante au départ de Petra Piana qui est sensée nous faire gagner 1h30. Je dis “sensé” parce que nous avons eu du mal a trouver et suivre les traces de la variante au départ. Alors soyez vigilants.
Mais cette variante est réellement magnifique, à faire absolument. On aperçoit les côtes de part et d’autre de la montagne, c’est tout simplement magique.
L’ascension jusqu’à la Punta Muratello n’est finalement pas si longue que cela, contrairement à sa descente jusqu’à Vizzavona qui elle n’en finit pas, surtout dans la forêt vers la fin.
Mais arrivés au hameau, on décide de se faire bichonner et d’aller dormir à l’hôtel, parce qu’on le mérite bien.

Lire la suite, le GR20, la partie sud
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Celine

Celine

1 réflexion sur “Récit de GR20, étape par étape, le Nord”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *