UTMB, des légendes au service de la légende

UTMB : Ultra Trail du Mont Blanc. 4 lettres qui font rêver les passionés

Qu’est-ce que l’UTMB ? Deriière cet acronyme barbare se cache l’Ultra Trail du Mont Blanc? Ça vous dit quelque chose ?

C’est normal, c’est une course incontournable dans le monde du trail, et dont vous, férus d’outdoor, avez forcément entendu parler.

La légende s’est bâtie en 9 ans, et pourtant elle est bien ancrée. On vous explique tout ça !

La légende du Mont Blanc

La montagne fascine très tôt. Immense et impressionnante avec ses neiges éternelles, il faut attendre 1786 pour que Jacques Balmat et Michel Paccard atteignent le sommet. La première ascension, qui ouvre les portes aux aventuriers venus des quatre coins du vieux continent pour monter sur le toit de l’Europe Occidentale.

Dès lors les expéditions s’organisent et ont lieu sans incident jusqu’en 1820. Le récit de ce voyage est rapporté par Alexandre Dumas. Une nouvelle page de l’histoire du Mont Blanc s’ouvre, et se déroulera non seulement dans la littérature. Un domaine qui contribuera fortement au mythe qui entoure le Mont Blanc. Mais aussi dans l’esprit des aventuriers souhaitant se mesurer au géant des Alpes.

Aussi bien en trekking qu’en randonnée, le Mont Blanc est alors un défi qu’il faut relever pour faire partie des grands. Les expéditions s’enchaînent, les refuges sont crées, ainsi que les non moins légendaires Guides de Chamonix.

En 1950, un tracé est crée, qui fait le tour du massif du Mont Blanc. Mesurant 150km, il est effectué en 7 à 10 jours par les randonneurs.

Il faut attendre Christian Roussel et Jacques Bertie en 1979 pour que le trail s’invite sur ce circuit. Alors peu connue en Europe, la discipline est cependant en pleine expansion aux Etats-Unis. Les deux complices réalisent le « tour du Mont Blanc » en 21 heures et 48 minutes.

Un exploit pour l’époque, qui donne des idées à beaucoup de coureurs.

participants utmb

Le mythe grandit

Dès 1987, des épreuves par étapes sont mises en place. Puis des relais à partir de 1998. En 2002, c’est une course qui emprunte le chemin classique des 150km autour du Mont Blanc qui voit le jour.
En 2003, c’est le lancement de « la » course, l’Ultra Trail du Mont Blanc. Plus de 600 coureurs au départ, 64 atteignent la ligne d’arrivée. De quoi attiser encore un peu la curiosité des sportifs du monde entier.
En effet, entre les grandes stations comme Chamonix, et The North Face, marque numéro un mondiale en outdoor, qui se joignent au projet, la réputation du trail du Mont Blanc n’est plus à faire.

Années après années, d’autres stations et marques se joignent à la course, faisant grossir l’évènement. D’une part en termes de fréquentation, dont le chiffre bat des records tous les ans. Mais aussi au niveau du tracé du parcours, qui atteint aujourd’hui 166km, traversant trois pays: la France, la Suisse et l’Italie.

Les parcours de l’UTMB

L’Ultra Trail du Mont Blanc, le vrai, ce sont 171km et 10.000 m de dénivelé positif, ce qui est fait l’un des plus difficiles au monde.

Bien entendu, il existe des alternatives à l’UTMB, qui font d’ailleurs partie des courses éligibles pour une participation à l’UTMB.

  • Depuis 2006, il est possible de courir 100km de la seconde partie de l’Ultra Trail du Mont Blanc, en s’inscrivant à la course « Courmayeur Champex Chamonix » (CCC).
  • Pour ceux qui ont l’esprit d’équipe, il y a depuis 2008 la Petite Trotte à Léon (PTL), sur les 300km et 28000m de dénivelé du tour du Mont Blanc élargi.
  • Si vous aimez les parcours techniques, partez sur les 120km des Traces des Ducs de Savoie (TDS), ouvert depuis 2009.
  • Vous adorez l’UTMB mais l’ultra trail vous fait peur ? L »Orsières-Champex-Chamonix (OCC) vous accueille depuis 2014 sur « seulement » 56km et 3500m de D+. Facile 🙂
  • Depuis 2016, les plus jeunes peuvent participer à la Youth Chamonix Courmayeur (YCC), un parcours de 15km et 1000m de dénivelé.
  • La « petite » dernière, c’est la Martigny Combe Chamonix (MCC) un tracé de 40 km et 2300 D+ apparu en 2018.

Ce qui contribue à la légende, c’est aussi la selection importante à l’entrée.

Parcourir ces 170km de légende n’est pas donné à tout le monde. Depuis 2007, et face aux demandes croissantes, l’organisation a mis en place un certain nombre de barrières de sélection.

  • Pour prendre le départ, il faut avoir accumulé sept points dans des épreuves de trail reconnues par l’organisation de l’UTMB.
  • Puis passer à l’épreuve du tirage au sort.

2300 coureurs sont ainsi sélectionnés, et pourtant, tous les ans, 40% d’entre eux abandonnent en cours de route. Quand on vous dit que c’est hyper sélectif…

ravito utmb

Des athlètes dignes des plus grandes épopées

Vous l’aurez compris, l’histoire du Mont Blanc, autant que du trail ont largement contribué à construire l’Ultra Trail du Mont Blanc. Il ne serait cependant pas aussi extraordinaire sans les athlètes qui en prennent le départ.

Le premier vainqueur de l’UTMB était Dawa Sherpa. En 2003, le népalais avait parcouru les 153km du trail en 20 h 5 min 58 s. Et ce, sous la pluie. Depuis, il caracole en tout en haut du palmarès regroupant tous ces athlètes de légende.

Marco Olmo, le quasi sexagénaire, qui remporta la course deux années d’affilée. En 2006 et 2007.kilian jornet utmb

Kilian Jornet, que l’on ne présente plus, a remporté trois fois le prestigieux titre. En 2008, il a surpris tout le monde, non seulement en prenant 1h à Dawa Sherpa, mais aussi par son jeune âge. 20 ans à l’époque. En 2009, et 2011, il a réaffirmé sa suprématie sur la discipline.

Lizzy Hawker, la britannique aux 5 victoires (2005, 2008, 2010, 2011, 2012)

François D’Haene, qui compte maintenant 4 victoires après son succès lors de l’édition 2021 (après 2012, 2014, et 2017)

Ce ne sont que quelques uns des noms qui ont marqué cette course, la liste complète serait bien trop longue…

Et vous, vous avez participé à l’UTMB ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Luis Mage

Luis Mage

Originaire des Hautes-Alpes, Luis a déjà vécu dans une dizaine de pays. C’est un amoureux de la petite reine, qu’il a pratiqué en compétition pendant son adolescence. Il est aussi passionné par la montagne et compte de nombreuses ascensions sur les sommets du monde entier. Lorsqu’il n’est pas en vadrouille, il partage son temps entre ses chats, ses chiens, et son travail de rédacteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *