Note d’humour : vive l’ultra-trail !

Vous hésitez encore entre une soirée télé, au chaud sous votre couverture, et un trail de 6000m de dénivelé en pleine nuit? Franchement, chez Zeoutdoor, on ne voit pas pourquoi. Découvrez plutôt nos arguments en faveur de la pratique de ce merveilleux sport, si sain et facile à pratiquer!

C’est bon pour la santé !

Vous vous en doutiez, le trail, c’est du sport et le sport, c’est bon pour la santé. Courir quelques kilomètres le dimanche est même recommandé par votre médecin. Alors optez pour la solution extrême: 100 kilomètres d’un coup, à fond, sans manger et sans dormir. C’est ça qu’on appelle faire du sport nous. En si vous avez de la chance, à l’arrivée vous allez vomir. Preuve supplémentaire du bonheur de votre corps que vous lui ayez imposé tout ça, puisque “quand il est content, il vomit” (référence évidente, on ne vous fera pas l’insulte de vous dire d’où ça vient).

De quoi s’en mettre plein les yeux

Moi le trail, j’en fais pour les paysages”. Il est vrai que le trail, pour porter ce nom, ne doit pas comporter plus de 15% de surfaces bitumées. Le reste du temps c’est sur sentier. Et qui dit sentier dit forêt ou montagne, et donc jolis paysages. Bon, c’est vrai qu’à 4 heures du mat’, lorsque les piles de la frontale se vident (Ginette, on a oublié les LR5 en allant à Carrefour bordel!“), on y voit un peu moins bien. De toute manière vous me direz, même avec la super frontale de chez Auchan, vous n’y verrez pas grand chose. Notre conseil: essayez d’éviter les plus gros obstacles (du type sapin, par exemple), de rester sur le chemin (pas d’à peu près au bord des ravins) et gardez le sourire, la lune se lève dans 4 heures, le soleil dans 7!

Etre seul dans la nature

En revanche, même au milieu de la nuit, on ne vous enlèvera pas ce sentiment de liberté, d’être seul au monde en train de galoper dans la montagne. D’accord, sauf dans cette côte, où 236 concurrents jouent des coudes pour envoyer les autres dans la boue. Mais sinon, c’est cool, promis. Il y aura bien un peu de monde au ravitaillement, aux passages compliqués, lors des passages étroits et puis même au niveau de ceux un peu plus larges, mais sinon, so-li-tude, vraiment!

Vous ne risquez pas (trop) d’avoir la honte

Le principal problème des marathons, vous pensiez que c’était la fatigue, la soif, la faim ou n’importe quoi de ce genre? Et bien non! La chose la plus déplaisante pour les coureurs, c’est leur famille, venue les encourager et leur foutre la honte. Beaucoup de concurrents ont pété des câbles et abandonnés la course en apercevant leur môman avec une pancarte “Allez mon petit Pilou, fonce!” au détour d’un virage. Avec le trail, au moins, ils ne pourront venir vous faire c*** euh, vous encourager, que sur de rares points de passage. Vous n’aurez donc à supporter que rarement les “vas-y mon gros kiki” et autres “Courage patoche” (ça, c’est si vous avez la malchance de vous appeler Patrick). Seul point un peu problématique, ces points de passages correspondent souvent aux points de ravitaillement. On espère que ça ne vous coupera pas l’appétit !

A part ça, l’ultra-trail, c’est cool.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Céline Lacombe

Céline Lacombe

Amoureuse des montagnes et des voyages, Céline est heureuse dans sa tribu familiale avec ses mini baroudeurs et son homme. Elle est la créatrice des Petits Baroudeurs, une boutique outdoor spécialisée pour les enfants.