Débuter l’escalade dans les meilleures conditions

Vous avez envie de vous lancer dans la grimpette, mais vous ne connaissez rien à l’escalade ? Pas de problèmes, on vous explique comment bien débuter, pour vous faire plaisir et vous dépasser.

Sport nature que l’on peut pratiquer en ville, sport solitaire qui peut être fait en groupe, sport spectaculaire qui demande patience et concentration, sport mixte par excellence… Pas étonnant que l’escalade séduise de plus en plus de gens !

Pourtant, il n’est pas si simple de commencer dans de bonnes conditions, avec toutes ces informations contradictoires que l’on trouve un peu partout, et l’explosion des pseudos spécialistes forts d’une expérience de 3 mois à la salle du coin…

C’est pour cela que nous avons réuni quelques conseils simples, pour vous aider à faire vos premiers pas en escalade.

7 conseils pour bien débuter en escalade

On escalade avec les jambes

« Pousse sur tes jambes »

Cette phrase répétée à tue-tête lors des initiations à l’escalade peut être difficile à comprendre pour les débutants. Lors des premières grimpes, ceux-ci font souvent la même erreur en utilisant plus les bras que les jambes pour se hisser. Pourtant, les jambes ont des muscles plus puissants que les bras, c’est d’ailleurs bien pour cela que l’on marche sur nos pieds et pas sur nos mains !

Les jambes permettent de pousser tout le corps vers le haut et d’atteindre ainsi de nouvelles prises avec les bras. Il est conseillé d’avancer bras tendus et jambes fléchies et non le contraire.

homme escalade au soleil
Photo par Vincenzo Di Giorgi

Sortez de la salle d’escalade

L’escalade est bien plus qu’un sport urbain à pratiquer en salle !

Pour les débutants, la salle offre beaucoup de confort et peut sembler très rassurante. Avec les tapis au sol et les voies colorées, la salle d’escalade est un lieu ludique qui donne l’occasion de tester de nouveaux enchaînements, de dépasser ses limites, et de socialiser.

Cependant, il ne faut pas rester enfermé dans la salle et sur les murs artificiels. La découverte de l’escalade sur falaise est très enrichissante pour les grimpeurs débutants. Je me souviens de mes premières grimpes en extérieur et j’ai longtemps regretté de ne pas être sortie plus tôt de ma zone de confort.

Finies les prises rouges, bleues, vertes, maintenant c’est à vous de trouver la bonne accroche directement dans la roche. En alliant l’entraînement en salle et la mise en pratique de l’apprentissage en pleine nature, vous progresserez très rapidement.

Anticiper et repérer

Dans les films, pas besoin de repérage, et n’importe qui peut grimper des falaises improbables « à vue ».

Dans la réalité, les plus grands grimpeurs passent des heures à repérer les voies, à apprendre les prises, à anticiper les mouvements… Vous n’avez qu’à regarder les vidéos des plus grands grimpeurs tels Tommy Caldwell ou Adam Ondra pour vous en convaincre.

Repérer une voie vous aidera à ne pas regarder que vers le haut, et à trouver cette excellente prise de pied qui vous permet de vous élever au-dessus de ce passage difficile qui vous énerve tant.

Prenez le temps de vous échauffer

La plupart des grimpeurs débutants ont tendance à commencer la séance par une voie facile puis à aller progressivement vers des voies plus hautes et plus difficiles sans prendre le temps de bien s’échauffer. Mais faire travailler le muscle à froid est une très mauvaise idée !

Vous risquez de vous déchirer un muscle ou d’abîmer vos articulations, ou tout simplement de vous fatiguer et d’être moins performant. Pour éviter cela, prenez le temps, avant le début de la séance, d’échauffer chaque articulation sans oublier les doigts. Ceux-ci sont très sollicités lors de la grimpe et une blessure est très vite arrivée.

Il serait dommage de devoir arrêter l’escalade pendant plusieurs semaines à cause d’un oubli. Pensez également à muscler votre corps et vos doigts afin de pouvoir réaliser de nouveaux enchaînements.

Faites connaissances avec votre ou vos partenaires d’escalade

En escalade, la confiance en son assureur est primordiale. Il est donc important de bien connaître la personne avec qui vous allez grimper pour pouvoir anticiper ses gestes et apprendre avec lui. Vous formerez ainsi un très bon duo grimpeur — assureur, capable de grimper en toute sécurité.

Évitez de vous lancer dans des voies difficiles avec un partenaire que vous venez de rencontrer : prenez le temps de faire connaissance pour que la confiance s’installe.

Changer ponctuellement de duo peut par ailleurs vous apporter beaucoup, en vous permettant de sortir de votre zone de confort et de découvrir d’autres styles. Un grimpeur expérimenté pourra évidemment vous donner ses conseils pour améliorer votre technique.

deux personnes debutant l'escalade

Photo by Shutterstock

Dompter sa peur du vide

La peur du vide ou acrophobie peut être handicapante lors de la pratique de l’escalade. Nous avons tous un jour vécu ce moment, tétanisé par la peur, où aucune prise n’est à notre portée et où le vide sous nos pieds semble abyssal.

Je me souviens, lors de mes premières grimpes, après avoir grimpé trop haut, devoir demander de l’assistance pour descendre du mur. Cette peur est naturelle et présente chez tous les êtres humains. Il faut réussir à dompter cette peur.

Tout d’abord, vous n’êtes pas en solo sans assurance. L’escalade est un sport sûr et vous devez avoir confiance en votre matériel et en votre partenaire.

Bien que vous ne courriez aucun danger, la vue du vide peut provoquer une peur incontrôlable. Pour la dépasser, regardez autour de vous, respirez, essayez de vous concentrer sur vos prochaines prises pour vos mains et pour vos pieds et communiquer avec votre assureur. Celui-ci peut vous aider à trouver la meilleure voie pour monter ou vous préparer à assurer votre chute.

Si vraiment votre peur est plus forte que vous, n’insistez pas. Redescendez, calmez-vous… vous essayerez à nouveau plus tard. Nombreux sont ceux qui conseillent de « se forcer », mais cela ne donne des résultats qu’à court terme. Mieux vaut y aller petit à petit.

Ne pas craindre la chute

Différente de la peur du vide, la peur de chuter est tout aussi handicapante lorsque l’on souhaite aller plus loin en escalade.

Quand on grimpe et que l’on pousse ses limites, on tombe, c’est quelque chose de tout à fait normal. Chuter en escalade n’est pas un échec, c’est une étape vers le succès. Et tout le matériel de sécurité que vous avez sert justement à ce que ces chutes ne tournent pas à l’accident.

Passez des séances entières à vous entrainer à tomber, grâce à des chutes contrôlées depuis de petites hauteurs. Ceci vous aidera à avoir confiance en votre matériel, et en votre assureur. C’est la seule manière de s’habituer à cette sensation étrange de « tomber dans le vide ».

Commencer l’escalade : comprendre les différents types de grimpes

Maintenant que vous êtes suffisamment équipé et que vous connaissez le b.a.-ba de l’escalade, vous êtes prêts à grimper. En route vers le sommet ! Cependant, il reste à déterminer quelle est la surface la plus adaptée à votre envie et à votre expérience.

L’escalade sportive

Souvent appelées « couennes », c’est le type d’escalade le plus pratiqué, sur des voies aménagées de 10 à 30 m environ. Ces voies sportives existent aussi bien en salle qu’en rocher, et leur niveau de difficulté est exprimé selon le système de cotation des voies d’escalade.

Elles sont idéales pour débuter, mais imposent d’avoir un partenaire et tout le matériel de sécurité (et de savoir s’en servir).

femme escalade magnesite
Photo par Andreas Fidler

Le bloc
Ce sont des voies d’escalade beaucoup plus courtes — mais souvent plus techniques — et surtout à des hauteurs moindres (dépasse rarement les 3 m). Elles ne sont pas équipées de spits et s’escaladent sans corde ou baudrier, la sécurité en cas de chute étant assurée par un matelas (en salle, ou crash pad en falaise).

Ce type d’escalade plait beaucoup, car il peut être pratiqué en solo et sans équipement, ce qui permet d’aller escalader quand son partenaire habituel est en vacances.

Note : On voit de plus en plus de vidéo de « blocs » de 6-8-10 m de hauteur… Laissez ça aux pros, ou à ceux qui ne tiennent pas vraiment à la vie. Une chute de 10 m sur un crash pad, c’est potentiellement mortel !

La grande voie

Lorsque les falaises sont trop hautes pour être escaladées avec une seule longueur de corde, il est nécessaire de faire plusieurs longueurs… et on entre dans le domaine de la grande voie !

Équipée comme les voies sportives (à la différence du terrain d’aventure ou de l’alpinisme), la grande voie nécessite une grande connaissance du matériel et des techniques de corde. Elle est donc plutôt réservée à ceux qui pratiquent depuis un certain temps, même s’il n’est nullement besoin d’avoir un « super niveau » pour s’y frotter.

deep water solo
Photo par Chen Hu

Les autres types d’escalade

Il existe d’autres formes d’escalade, beaucoup plus confidentielles et qui ne sont pas pour tout le monde :

  • L’escalade artificielle, lorsqu’il devient nécessaire d’utiliser du matériel comme des sangles, des échelles… pour progresser sur la voie.
  • Le « Free solo », popularisé par le film éponyme, est une escalade en solitaire et sans protection. C’est comme la moto sans casque : le moindre faux pas est fatal…
  • Le « Deep water », est une forme d’escalade ludique en bord de mer, qui consiste à grimper des falaises surplombant l’eau, dans laquelle vous vous laissez tomber une fois le sommet de la voie atteint.

C’est à vous !

Patrick Edlinger, célèbre grimpeur français disait, « L’escalade est une expression corporelle comme la danse, sauf que la chorégraphie est dictée par les prises : c’est l’Opéra vertical ». Cette citation se vérifie dans la pratique. La voie est parfois sinueuse et il est important d’avoir une vision d’ensemble pour anticiper les prises. Il ne suffit pas de monter vers le haut, mais de trouver la meilleure voie, à son rythme, sans jamais reculer ou se décourager. Maintenant que vous avez tous les conseils, lancez-vous dans l’aventure et allez toujours plus haut !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Luis Mage

Luis Mage

Originaire des Hautes-Alpes, Luis a déjà vécu dans une dizaine de pays. C’est un amoureux de la petite reine, qu’il a pratiqué en compétition pendant son adolescence. Il est aussi passionné par la montagne et compte de nombreuses ascensions sur les sommets du monde entier. Lorsqu’il n’est pas en vadrouille, il partage son temps entre ses chats, ses chiens, et son travail de rédacteur.