Notre liste de matériel d’escalade pour aller grimper

Baudrier, chaussons, cordes, descendeur, magnésie… La liste du matériel d’escalade est longue et peut rapidement donner le tournis. ZeOutdoor vous donne quelques conseils pour choisir l’équipement qu’il vous faut pour grimper en toute sécurité.

L’homme a toujours voulu aller plus loin mais aussi toujours plus haut. L’escalade permet de dépasser ses peurs et de ne faire qu’un avec la nature. Découvrir les gorges du Verdon, arpenter les sommets des Alpes, escalader les falaises de calcaire ou encore se jeter dans la Méditerranée à partir d’une crique perdue, voilà les découvertes qui s’offrent à vous. Pour cela, vous n’avez pas besoin d’être un grand sportif. L’escalade peut se pratiquer à tous les niveaux, à tout âge, et permet d’améliorer la coordination, l’équilibre la concentration et ses qualités musculaires.

Vous souhaitez profiter vous aussi de ce sport en communion avec la nature, et vous souhaiteriez savoir quel matériel il vous faut ?

Voici notre liste, de l’essentiel dont on ne peut se passer, à ces accessoires non obligatoires, mais qui servent bien quand même.

L’équipement du grimpeur

Pratiquer l’escalade en toute sécurité nécessite un minimum de matériel. Pour les débutants, il est possible de louer l’équipement en salle ou lors d’excursions encadrées mais vous remarquerez très vite que pour mieux appréhender ce sport il est préférable d’utiliser son propre matériel. Le point sur les indispensables du grimpeur.

homme utilise chausson escalade
Photo par Christoph Deinet

Les chaussons d’escalade

Oubliez l’image d’Épinal du grimpeur en gros godillots cloutés, aujourd’hui l’escalade se pratique en chaussons. Pièce maîtresse de votre équipement, les chaussons d’escalade assurent la sensibilité du pied et son adhérence au mur. Ceux-ci doivent être confortables, souples, suffisamment serrés et ajustés pour que le pied ne glisse pas dedans sans toutefois sacrifier votre confort.

Il est important de choisir un chausson avec une semelle relativement fine pour ressentir les différentes surfaces sous le pied tout en gardant une épaisseur minimale pour ne pas souffrir.

Les pieds ayant tendance à gonfler après une longue séance d’escalade, il est recommandé de choisir des chaussures qui ne les compriment pas trop. De plus, si vous partez arpenter les parois de pays chauds et humides, gardez à l’esprit que le pied risque de gonfler davantage.

Pour la pratique du deep-water solo (DWS), la question du port des chaussons d’escalade se pose. En effet, si vous êtes amené à escalader une paroi au-dessus d’une eau salée ou d’une eau chlorée, vos chaussons risquent d’être endommagés. Si vous pratiquez le DWS occasionnellement, rincez soigneusement vos chaussons à l’eau claire pour éviter qu’ils perdent de leur adhérence.

Dans ce cas, certains grimpeurs choisissent de grimper avec de vieux chaussons ou pieds nus pour les plus téméraires.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre guide des meilleurs chaussons d’escalade du moment.

femme en train escalader avec baudrier
Photo par Elizangela Cicuto Liza Cicuto

Le baudrier

À ne pas confondre avec le harnais, qui prend aussi le torse et est plutôt réservé aux professionnels, aux enfants et à l’alpinisme sur glacier, le baudard (comme on dit dans le milieu de la montagne) est absolument indispensable dès que l’on commence à s’élever et que l’on s’assure avec une corde.

Oubliez les baudriers premier prix que vous avez utilisé lors de votre initiation à l’escalade ou que vous louez encore à chaque sortie en falaise. Bien que tous soient parfaitement sûrs (s’ils portent bien la norme CE), le confort, l’ajustabilité, et les possibilités de rangement diffèrent.

Le poids est aussi un critère à prendre en considération.

Une bonne option pour évoluer en tout confort sans avoir à casser votre tirelire est le baudrier Ophir Fast Adjust de Mammut.

Mais si vous souhaitez pratiquer sérieusement l’escalade et avez envie de faire quelques sorties d’alpinisme, on ne saurait trop vous conseiller l’Aquila de Petzl, un baudard léger et pratique, tellement confortable qu’on pourrait presque oublier de l’enlever une fois de retour en bas !

La corde d’escalade

corde escalade grande voie
Photo par Skeeze

Élément essentiel de la pratique de l’escalade, la corde est votre alliée et le lien qui vous unit à votre coéquipier. La grimpe se pratique presque toujours en duo, et si vous avez souvent le même partenaire, il est courant de n’acheter qu’une seule corde pour deux, afin de diminuer les frais.

Réalisées à partir de nylon, les cordes d’escalade sont très solides et le risque de voir la corde céder — comme c’était le cas avec les cordes traditionnelles en chanvre — est minime, pour ne pas dire inexistant.

Les cordes utilisées en escalade sont dites dynamiques. Contrairement aux cordes statiques, celles-ci sont élastiques, elles ne s’arrêtent pas brutalement et absorbent progressivement l’énergie emmagasinée, amortissant ainsi les chocs pour le grimpeur.

La longueur de corde nécessaire dépend de la hauteur de la voie : il faut prévoir deux fois plus de mètres de corde que de hauteur de voie, en prenant toujours un peu de marge. En salle, le mur mesure généralement entre 7 et 18 mètres alors que les voies sur les falaises font de 15 à 30 m, ou plus.

Il faudra donc s’équiper d’une corde de 30-40 mètres pour la salle et de 50-70 mètres pour les voies extérieures.

Les différents types de cordes :

Cordes à simple : allant jusqu’à 80 mètres de longueur et ayant un diamètre plus gros (de 9 à 11, selon les fabricants), elles sont utilisées pour l’escalade sportive, et quelquefois en grande voie. Elles portent une marque “1” sur le ruban blanc en bout de corde.

Cordes à double : mesurant de 50 à 100 mètres, elles sont utilisées sur des grandes voies en falaise ou dans les grandes courses de montagne. Plus fines, elles sont surtout reconnaissables au marquage “½ » situé en bout de corde et doivent toujours être utilisées par deux.

La durée de vie d’une corde dépend de son utilisation, de son entretien, et du nombre de chutes qu’elle a dû retenir. Généralement, on peut les conserver quelques années. Il faut cependant veiller à la ranger soigneusement et à ne pas marcher dessus.

Je vous conseille de la ranger dans un sac et ne pas la laisser trainer dans un coin de la salle. Attention, nous sommes nombreux à avoir les mêmes cordes. Il m’est arrivé d’égarer la mienne dans l’amas de corde de la salle. Pour que cela ne vous arrive pas, vous pouvez ajouter un petit marquage discret pour la reconnaître plus facilement.

J’ai sélectionné pour vous une corde à simple dynamique de 70 mètres Rock Up de Millet, idéale pour les débutants mais aussi ceux qui veulent aller plus loin.

Si vous préférez la grande voie et les courses de montagne, laissez-vous tenter par la corde à double de 60 m Swift Pro Dry de Edelrid, légère et robuste.

Le descendeur d’escalade

femme descente rappel avec casque
Photo par Skeeze

Le descendeur est l’élément primordial, avec la corde, pour unir le duo grimpeur — assureur, permettant au second de contrôler la corde, de bloquer les chutes, et d’assurer la descente de celui qui escalade.

Le mythique huit, qui a accompagné les plus grands noms de l’alpinisme dans leurs aventure est aujourd’hui à oublier, remplacé par de nombreux systèmes plus légers, plus performants, et surtout bien plus sûrs. Aujourd’hui, plus personne n’utilise de 8 pour assurer.

Pour l’escalade sportive, l’idéal est le descendeur autobloquant, qui donne un plus de sécurité et un confort d’utilisation inégalable. Parmi les différents modèles qui existent aujourd’hui, le fameux Grigri de Petzl reste de loin le plus utilisé.

Si vous vous lancez dans les grandes voies, faites du rappel, ou avez envie de pratiquer l’alpinisme, les descendeurs de type plaquette s’avèrent plus utiles et légers, même si l’absence de système autobloquant les rend un peu moins sûrs. Dans ce cas, le Reverso de Petzl (disponible à un super prix chez Decathlon) est un outil qui a fait ses preuves.

Les dégaines

Vos premières séances d’escalade sont derrière vous et vous commencez à grimper en “tête”. Vous êtes maintenant dans la cour des grands ! Cependant, ce privilège nécessite l’acquisition de nouveau matériel pour grimper en toute sécurité. 

Les dégaines vous permettront de faire le lien entre le point d’ancrage et la corde. Si vous n’en avez jamais vues, elles sont composées de deux mousquetons reliés entre eux par une courte sangle.

La résistance des dégaines est un critère important mais celle-ci est désormais la même pour toutes celles aux normes européennes. Dès la première utilisation, il faudra déterminer quel mousqueton se placera dans le point et lequel accueillera la corde, pour éviter les désagréments.

Toutes les dégaines ayant le même niveau de sécurité certifié, les critères de choix sont plutôt la légèreté et le prix.

Plus vous passerez du temps sur votre voie, plus vous comprendrez qu’un matériel lourd est un inconvénient. Le poids des dégaines étant lié principalement aux mousquetons, les modèles les plus légers impliquent d’opter pour des mousquetons plus petits qui peuvent s’avérer moins pratiques.

À vous d’essayer et de voir si vous préférez privilégier la légèreté, comme le propose Petzl avec les Ange Finesse SS, ou le prix et la robustesse avec un modèle d’entrée de gamme comme le pack de 6 dégaines Orbit Wire proposé par Camp.

La longe d’escalade, ou “vache”

Non, cette vache dont parlent tous les grimpeurs n’est pas un animal peu pratique à emmener sur les parois !

C’est une longe qui permet de s’attacher de manière fixe à un point d’ancrage dans le rocher afin de se reposer, de faire des manips de corde, ou d’assurer son partenaire. Ceci s’appelle « se vacher », un terme qui vient surement du nœud en queue de vache utilisé depuis bien longtemps.

Sur le principe, il n’y a rien de plus simple qu’une vache, qui est un simple bout de corde ou de sangle attaché au baudrier par un nœud d’alouette, et qui se termine par un mousqueton que l’on place dans le point d’ancrage.

En pratique, les nombreux accidents nous ont appris qu’il vaut mieux redoubler d’attention à l’heure de choisir – et utiliser – cet accessoire essentiel.

La Dynaclip de Béal est parmi les plus utilisées aujourd’hui, tandis que la Daisy Chain de Black Diamond est aujourd’hui réservée à l’escalade artificielle.

NOTE : Il est tout à fait possible de réaliser soi-même sa vache avec un bout de corde.

Si vous êtes absolument certain de ce que vous faites et que vous considérez que l’économie de 5€ vaut le coup lorsque vous êtes vachés en paroi à 100m du sol, vous pouvez très bien acheter 2m de corde d’escalade, un mousqueton de sécurité, et faire un double noeud de pêcheur d’un côté et un noeud d’alouette de l’autre.

homme avec dégaines escalade rocher
Photo par Lukas Prudil

Le casque d’escalade

L’explosion des salles d’escalade a fait oublier que c’est avant tout un sport d’extérieur, qui se pratique sur des terrains rocheux… et que les chutes de pierre sont fréquentes !

En escalade, le casque n’est jamais en trop, même lorsque l’on assure, ou même que l’on discute tranquillement au pied de la voie. Ces accidents ne sont malheureusement pas rares, même si bien moins médiatisés car peu sensationnels…

Votre casque de vélo (ou de ski, de moto…) vous a dépanné une fois ou deux au début, mais vous devez vous équiper d’un casque conçu spécialement pour l’escalade et l’alpinisme, qui vous protégera plus efficacement, tout en étant léger, durable et respirant.

Parmi les grands classiques que l’on retrouve souvent en falaise pour leur excellent rapport qualité prix, on citera le Boreo de Petzl (disponible en plein de couleurs super jolies) et le Half Dome de Black Diamond.

Le sac à magnésie

homme escalade magnesie pof
Photo par Tommy Lisbin

Souvent appelé pof par les grimpeurs, il n’est pas vraiment indispensable, mais s’avère bien utile quand il fait chaud, que l’on transpire, et que l’on aimerait bien avoir un peu plus d’adhérence pour continuer à avancer.

Choisissez un modèle avec une sangle réglable facilement, et qui vous permet de mettre différents types de magnésie. C’est le cas de la grande majorité des modèles.

Honnêtement, le critère principal pour choisir votre sac à magnésie est… le look ! Trouvez un modèle qui vous plait et qui est dans votre budget, et cela fera l’affaire. On m’a offert le pof aigle de Y&Y, et ça fait toujours de l’effet quand je le sors 🙂

Le reste du matériel

Votre liste de matériel d’escalade ne fera que s’allonger au fur et à mesure que vous pratiquerez. Que ce soit du matériel technique, comme les coinceurs ou les friends, des vêtements d’escalade, ou un sac à dos pour ranger votre corde, vous aurez toujours envie de vous faire un petit plaisir.

Mais, avant de songer à tous ces accessoires, assurez-vous de bien avoir tout ce que nous avons mis dans cette liste du matériel à avoir pour aller escalader : vous pourrez ainsi profiter pleinement de votre activité favorite.

Un dernier mot

J’espère que ces informations vous aideront à vous faire une idée de ce dont vous avez besoin pour aller grimper de manière autonome.

N’hésitez pas à revenir souvent pour découvrir tous les nouveaux articles sur l’escalade partagés sur ZeOutdoor : guide d’achat de matériel d’escalade, comparatifs, conseils pour débuter et progresser, informations sur des sites hors des sentiers battus…

Vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour vivre votre passion !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Arantxa Loyola

Arantxa Loyola

Arantxa a deux amours : l’escalade, qu’elle pratique depuis près de 15 ans, et son mari, avec lequel elle vit dans un petit village du sud de la France, là où le climat permet d’être sur les rochers pratiquement toute l’année. Discrète et enthousiaste, elle adore partager sa passion pour la grimpette et se fait un plaisir d’enseigner aux débutants.

12 réflexions sur “Notre liste de matériel d’escalade pour aller grimper”

  1. Article très intéressant dans l’ensemble, vous avez choisis vraiment le matos indispensable et vous le décrivez tout aussi bien.
    Seul petit hic, j’ai un petit blocage avec le « huit » : vous avez bien fait de parler des plaquettes et des grigri après mais le « huit » ne devrait, lui, pas faire parti de cette section d’outil d’assurage vu qu’à l’origine il a surtout été conçu pour le rappel et qu’il torsade la corde…Ca remonte à 15 ans maintenant cette technique !

    1. Merci Alexandre pour ta remarque. Nous avons mis à jour l’article qui effectivement datait un peu.
      N’hésite pas si tu vois d’autres choses qui t’interpellent !
      A très vite sur ZeOutdoor !

  2. Bonjour,
    Merci pour ces infos,
    Juste une remarque pour la ´vache ´ :
    L’utilisation de sangle cousue est dangereuse… (Cf test Spéléologie Fce, Beal, DMM…)

    A remplacer par longe dédiée (cher 15 à 25€) ou mieux comme précisé un bout de corde vendue au metre à environ 2€ en 10mm avec nœud de 8 pour absorber énergie + mousqueton.
    Comme ce site est dédié aux débutants autant ne pas leur monter des photos de pratiques perfectibles…(je sais çà se faisait avant et on le voit encore beaucoup mais les pratiques évoluent comme nœud de 8 entre corde et baudrier et il y a quelques décennies le Dyneema n’éxistait pas 😉
    Bonne grimpe à toutes et tous !!
    Xavier

  3. Bonjour
    @ Xavier, merci pour tes conseils, mais :
    une longe dédiée c’est quoi ?
    Pour la sangle, tu précises qu’un bout de corde passée dans un pontet avec un noeud de 8 pour absorber l’NRJ ? Mais de quelle NRJ parles tu ? Car au relais il n’y a pas de rique de chute une fois « vaché » ?
    Merci à bientôt.
    Stf

  4. Merci pour cette article, il permet de se faire une idée du matériel mini requis.
    Il n’est donc pas nécessaire d’utiliser de mousqueton ? Aucune quantité n’est mentionnée. J’imagine qu’un minimum est requis.

  5. Bonjours, articles très intéressant et qui m’a beaucoup aidé, là partie pour « débuter en escalade » est très bien construite et complète. Je me permet juste de vous dire aussi, qu’un paragraphe expliquant les différentes cotations en escalade, pourrait être un rajout intéressant.
    Car oui en débutant on ne se rend pas toujours compte de ce que l’ont peut essayer ou non et de comment fonctionnes c’est fameuse cotation. (Surtout en bloc)
    En vous remerciant pour votre travail. Jean

    1. Bonjour Jean, Merci pour votre commentaire. Un article sur le système de cotation arrive bientôt. Nous sommes en train de refondre notre section escalade 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *