Les Nouvelles Tendances du Trail

Le Trail évolue…

sportive courant sur une montagne

Le succès du trail running ne se dément pas, et chaque nouveau praticant y apporte un peu de nouveauté. Les organisateurs et les marques s’adaptent, proposant innovations technologiques, nouvelles techniques, modes…

Vivons-nous une véritable révolution du trail, ou ces tendances vont-elles disparaître aussi vite qu’elles sont apparues ? Seul l’avenir nous le dira…

En attendant, voici une liste non exhaustive des tendances actuelles du Trail. Rendez-vous dans 5 ans pour voir lesquelles sont devenues “le standard”, et lesquelles sont passées aux oubliettes !

Le dessin GPS, ou Stravart

C’est une mode qui serait apparue vers 2020, mais c’est cette année qu’elle a vraiment explosé. Le principe ? Dessiner en courant (ou à vélo, ou en voiture) à l’aide de sa trace GPS sur Strava !

Est-ce une nouvelle démarche artistique, mêlant art éphémère, technologie et Land Art ?

Ou une tentative pathétique d’obtenir un peu d’attention de la part de certains “runnix” qui attachent plus d’importance à leur visibilité sur les réseaux sociaux qu’à leurs performances en Trail ?

stravart petit chaperon rouge et grand méchant loup

Il faut admettre qu’en voyant la qualité de certains “Stravart”, ce sont effectivement de véritables œuvres d’art que quelques artistes-traileurs créent.

stravart enfantin

Mais la qualité de l’immense majorité de ces “créations”, du niveau de l’école maternelle, laisse planer le doute sur le talent réel des dessinateurs GPS.

Deux jeunes américaines, non dénuées d’humour, ont profité de l’explosion du GPS drawing pour envoyer un message fort à la communauté des coureurs en… se spécialisant dans le dessin de pénis !

Une tendance qui, à notre avis, va bientôt passer de mode.

Retrouvez la plus grande collection de Stravart sur https://www.strav.art/ (site en anglais)

La diminution des distances

Quand on parle de trail running, tout le monde pense à l’UTMB, François d’Haene, l’ultra trail, les exploits de Kilian Jornet… En suivant l’actualité du trail, on a la sensation que les athlètes recherchent toujours plus de difficultés, avec des distances plus longues, des parcours plus techniques…

Pourtant, la réalité est bien différente !

Les ultra-trails sont de moins en moins nombreux, remplacés par des courses “petite distance”, plus faciles à organiser et qui attirent plus de monde. Les distances courtes sont plébiscités, et on observe l’apparition de nombreux trails “régionaux” dont la “grande course” dépasse à peine les 20km, avec des variantes à 12 km, et même 5-6 km !

Prenons l’exemple de l’UTMB, l’ultra-trail le plus célèbre au monde, celui auquel tout le monde rêve de participer. Voici le nombre de finisher 2023, par distance :

  • UTMB 171km 1757 finishers
  • CCC 100km 1650 finishers
  • OCC 55km 1643 finishers
  • MCC 40km 1105 finishers
  • ETC 20 km 1347 finishers
  • YCC 14km 180 finishers

Si le “vrai” UTMB reste la course la plus recherchée, on remarque quand même que les distances inférieures à 60km (OCC, MCC, ETC et YCC) ont réuni 4275 athlètes, contre “seulement” 3407 coureurs pour les ultra de plus de 100km (CCC et UTMB).

Les courses de Trail running se font-elles de plus en plus accessibles, afin d’attirer les coureurs de plus en plus nombreux qui ne souhaitent pas s’attaquer aux grandes distances ?

On parie qu’effectivement, ceci va s’accentuer dans les années à venir.

groupe de traileur lors d'une compétition courte distance

Le boycott des courses organisées

On les appelle les “nostalgiques du bon vieux temps”. Quand ils ont commencé à délaisser les compétitions organisées pour aller courir “seul dans la nature”, les “traileurs modernes” se sont moqués de ces “boomers du running” qui ne comprenait rien à l’évolution de ce sport.

Les adeptes du trail de la première heure, ceux qui parlent encore de “course en montagne” et de “cross” ont abandonné les courses organisées devenues trop populaires, trop marketing, trop éloignées de leur vision du trail dès la fin des années 2010.

Mais en 2023, force est de constater que pour de nombreux coureurs de trail de tout âge, la recherche de performance à travers la comparaison avec d’autres n’est plus le centre des préoccupations.

Pourquoi payer une centaine d’euros, pour un certificat médical, une licence, une inscription, tout ça pour courir au milieu de centaines de personnes sur un itinéraire balisé ? Pour un ravitaillement et un T-shirt finisher ?

Des milliers d’amoureux de la course en nature considèrent que cela ne vaut pas le coup, et profitent des stations de trail et sites de partage d’itinéraires pour aller vivre leur passion seul ou entre amis, loin des foules.

Il est probable qu’à l’avenir le monde du trail se scinde en deux, entre les “adeptes de la compétition” et les “amoureux de liberté”.

particpants à un trail lors du départ groupé

Le suréquipement

En trail, l’équipement est très important, nous ne cessons de le rappeler sur ZeOutdoor. Mais celui-ci doit être adapté à votre pratique ! Exemples :

  • Les bâtons sont inutiles pour aller courir dans un parc.
  • Il est tout à fait possible de faire une sortie de 45 minutes sans gilet d’hydratation.
  • Avoir tout l’équipement dernier cri d’une seule marque, pour faire croire que vous êtes sponsorisé.e ne sert à rien

La liste est longue, et nous ne la continuerons pas. Vous avez compris le principe.

Difficile de savoir si cette tendance du suréquipement va continuer… Mais sachant que le marketing des fabricants poussent tous les pratiquants dans cette direction, il est probable que ce soit le cas.

traileur courant sur les rochers

Les marques athlètes

Après avoir aidé les grandes marques du trail à vendre leurs produits, les athlètes de premier plan ont décidé de sauter le pas et de promouvoir leur propre ligne d’équipements.

Exemple phare de cette tendance : le couple star du trail, Kilian Jornet et Emily Forsberg. Le premier a lancé, en collaboration avec Camper, sa marque outdoor NNormal, tandis que la seconde, aidée par ses amies Ida Nilsson et Mimmi Kotka, commercialise des barres végétaliennes sous le nom de Moonvalley.

Si ces deux initiatives rencontrent un certain succès commercial, il est fort à parier que d’autres athlètes suivront la tendance.

couple moderne faisant du trail sur un sentier

Un dernier mot

Nous avons décidé de ne pas aborder une autre tendance phare du trail, celle de l’éco-responsabilité. C’est pourtant la plus importante, mais des soupçons grandissant de “greenwashing” de la part des marques et organisateurs font que nous avons préféré ne pas parler de ce sujet pour le moment.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Picture of Louis Otis

Louis Otis

Amateur de nature et de montagne, Louis rêve toujours à sa prochaine ascension. Il pratique l’alpinisme, l’escalade, le trail running et la randonnée. Originaire du Canada, il a quitté la Colombie-Britannique pour l’Espagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *