Qu’est-ce que le Hardshell ? Comment bien choisir sa veste Hardshell ?

Vous en avez assez de passer plus de temps à essayer de vous réchauffer qu’à admirer les paysages ? Aux grands maux les grands remèdes, nous allons donc parler de la veste Hardshell.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Vous en avez essayé des alternatives pour rester au chaud en randonnée. Plus de couches, des couches plus épaisses, toutes les matières possibles et imaginables y sont passer. Mais rien à faire, soit c’est le froid, soit c’est l’humidité, soit les deux à la fois qui ont raison de vous.

Il y a bien cette veste imperméable qui ne laisse rien passé, mais c’est bien ça le problème, elle ne laisse rien passé y compris l’air. Et à la fin vous êtes quand même trempé, pas par la pluie, mais la sueur, et c’est encore moins glamour, tout en étant aussi désagréable.

Mais tout ça c’était avant, car maintenant il y a le Hardshell.

Qu’est-ce que le Hardshell ?

Les chanceux ayant déjà lu notre article sur la veste Softshell ont probablement déjà une petite idée de ce qu’est le Hardshell. Mais comme tout le monde n’a pas cette chance, je vais donc faire un petit topo, rien que pour vous.

Bien, les bilingues l’auront compris, la définition littérale de Hardshell, est « coquille dure », ce qui ne veut nullement dire que vous allez ressembler à une tortue. Par dure, on entend résistante aux intempéries, en l’occurrence, froid, pluie et vent. Oui ! Vous avez bien compris, cette veste  est imperméable, contrairement à la Softshell qui est seulement déperlante comme me le soufflent les lecteurs de l’article précédent.

Vous serez donc à la fois au chaud et au sec, et ceci même  dans les conditions les plus exécrables. Quelle différence avec un imperméable me direz-vous… Eh bien la différence majeure se situe dans le fait que bien qu’extrêmement protectrice, la Hardshell reste relativement respirante. Elle doit sa respirabilité à une astucieuse composition à base de membranes. Elles sont conçues pour ne (presque) rien laisser entrer, tout en laissant sortir l’air et la sueur.

Avantages et inconvénients des vestes Hardshell ?

Pour faire simple, les vestes Hardshell ont les défauts de leurs qualités. C’est-à-dire pas ou peu de compromis, elle est tellement étanche et lourde, qu’elle en deviendrait presque difficile à porter. La Hardshell est certes plus respirante qu’un pur imperméable, type K-way, mais ce n’est pas non plus son point fort.

En cas d’effort intense ou de température clémente, vous allez littéralement mourir de chaud et suer à grosses gouttes. Si les vestes Softshell existent, ce n’est pas pour rien, c’est bel est bien pour combler les lacunes des Hardshell dans certaines conditions.

Du côté des avantages, vous l’aurez compris, vous resterez relativement au sec et au chaud. Vous pourrez affronter des conditions quasi-cataclysmiques sans sourciller dans votre Hardshell. Vous me rétorquerez peut-être qu’avec un autre type de veste suffisamment épaisse, ou une multitude de couches,aussi.

Ce n’est pas faux, à ceci prêt que la Hardshell à elle seule joue le rôle de plusieurs couches. Plus facile de la retirer, la remettre, l’ouvrir ou la fermer, que d’enlever et remettre 3 couches. De plus, la Hardshell, bien que relativement épaisse, à malgré tout quelques propriétés respirantes, ce n’est pas son point fort, et ce n’est pas une Softshell, mais c’est mieux que rien.

randonneur en veste hardshell
Photo par Blake Cheek

Guide d’achat : Comment bien choisir sa veste Softshell ?

Quelles marques choisir ?

Un choix pas si évident, les goûts et les couleurs étant ce qu’ils sont, voici toutefois une liste non-exhaustive de marques fiables en terme de Hardshell.

  • Jack Wolfskin
  • The North Face
  • Lafuma
  • Mammut
  • Marmot

Hardshell ou Softshell ?

Telle est la question… Pour y répondre, il suffit de connaître les exigences inhérentes à votre pratique. Quels types de climats et de conditions allez-vous affronter ? Un bon indice pour vous aiguiller dans votre choix, pensez simplement à l’étymologie des deux mots. Hard ou Soft, lequel de ces deux mots collent le plus aux types de conditions que vous allez affronter ? Climat extrême ou tempéré ?

Quelle veste pour quel climat ?

Si vous pensez simplement devoir faire face de façon occasionnelle à de petites averses, et à une température clémente. Nul besoin de vous sur-équiper, au contraire, vous aurez besoin de maintenir une certaine fraîcheur sous vos vêtements. Faute de quoi vous allez transpirer, et finir tremper sans même avoir vu une seule goutte de pluie. Vous l’aurez donc compris, dans ce cas-ci une veste Softshell est toute indiquée. Vous serez à la fois à l’abri du vent, et des pluies fines, mais tout en restant relativement au frais.

En revanche, si ce qui vous botte ce sont les températures glaciales, les rafales de vent accompagnées de pluies abondantes voir de neige. D’après mes calculs, c’est ce qu’on peut appeler un climat relativement « Hard ». Bingo ! C’est une Hardshell qu’il vous faut.

Tenez, celle-ci par exemple :

Veste Lafuma Jaipur
Avec cette veste 3 en 1 utilisant la technologie Gore-Tex. Vous serez paré à tout, ses 3 couches vous garderont au chaud et au sec. Mais au chaud ne signifie nullement qu’elle va se transformer en sauna au moindre effort, que nenni, elle est aussi protectrice que confortable. Les membranes utilisées pour sa confection permettent une parfaite circulation de l’air ainsi que l’évacuation de la transpiration.

Quelles caractéristiques techniques?

Imperméabilité

Les premiers éléments pertinents à prendre en compte lorsque on parle d’une Hardshell sont, tout-d’abord l’imperméabilité, puis la respirabilité.

Concernant le premier aspect, il est difficile au premier coups d’œil de dire si une veste est plus imperméable qu’une autre. Néanmoins une unité de mesure existe pour mesurer le niveau d’imperméabilité, eh oui on en apprend tous les jours sur ZeOutdoor, et moi le premier. Cette unité de mesure s’appelle le Schmerber, et peut se trouver sur certaines étiquettes (pas toujours). Plus le nombre est élevé, plus la matière est étanche. Généralement, cette unité est comprise entre 10 000 et 30 000 Schmerber, vous pouvez considérer 10 000 comme satisfaisant et 30 000 comme une protection extrême.

Respirabilité

Deuxième aspect à prendre en compte, la respirabilité, bien que secondaire sur une Hardshell (primordial sur une Softshell). Là encore, vous ne le saviez peut-être pas, (moi non plus), mais ce critère est mesurable et quantifiable. Il existe même deux outils pour la mesurer, la MVTR (taux de transmission de la vapeur d’eau) et la RET (Résistance, Évaporation, Transmission). Attention toutefois, si les deux servent à mesurer la même chose, elles se lisent de façon totalement différente.

La MVTR s’exprime en gr/m2/24h, et est comprise entre 5 000 et 30 000. Plus le chiffre est élevé, plus la respirabilité du vêtement est bonne.

Concernant la RET, elle est généralement comprise entre 6 et 20. À ceci près, que dans ce cas-ci, à l’inverse de la MVTR, plus le chiffre est élevé, plus la respirabilité est mauvaise. Faite donc bien attention.

La MVRT est généralement utilisé par les marques française, tandis que la RET l’est plutôt par les marques américaines (ex : Goretex)

Dernière remarque à ce sujet, les concepts d’imperméabilité et de respirabilité sont relativement antagonistes. La première ne fait généralement pas très bon ménage avec la seconde et c’est d’un point de vu technique assez logique. Le concept même d’être ouvert et fermer à la fois est un oxymore. C’est la raison pour laquelle le Softshell respire mieux mais est moins imperméable, et le Hardshell respire moins mais protège davantage. On ne peut donc pas tout avoir, mais avec un peu de bon sens il est fort heureusement possible de trouver le bon compromis.

homme portant une veste hardshell sous la pluie
Photo par Danka & Peter

Des options bien pratiques

L’utilité d’une capuche

Je n’ai pas manqué de souligner cet aspect dans un précédent article traitant des vestes Softshell, il me semble d’autant plus primordial concernant le Hardshell. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que ce type de veste est censé fournir un niveau de protection supérieur, en particulier contre la pluie. Il serait saugrenu à mon sens de parler de vêtement imperméable performant tout en étant dépourvu de capuche. Ce serait comme de parler d’un bon VTT de DH dépourvu de suspensions, de la science-fiction donc.

Autant que possible, pour un confort et une protection optimale face aux intempéries, optez pour une veste munie d’une capuche.

Les poches aussi ça sert

Vous avez peut-être le sac à dos le mieux conçu de tous les temps, avec un nombre de poches et de compartiments phénoménal. C’est génial, et je veux le même, néanmoins, rien ne remplace la praticité des poches d’une veste. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de dégainer son téléphone plus vite que son ombre pour prendre une photo. Vous vous souvenez de ce moment ou vous auriez pu prendre une photo inoubliable de ce magnifique animal sauvage ? Oh vous n’avez pas eu le temps, il est passé trop vite ? Avec une poche accessible sur votre poitrine par exemple, ce ne serait pas arrivé, je dit ça, je dit rien…

Aller, puisque chez ZeOutdoor, nous compatissons, voici le genre de veste qui aurait pu vous valoir un selfie avec ce magnifique cerf.

Veste Hardshell Marmot Minimalist
Comme son nom l’indique, il s’agit d’une veste minimaliste, sobre et efficace. Sa conception de 2,5 couches superposées, vous procurera toute la protection et la respirabilité que vous pouvez attendre d’une Hardshell. Affichant un poids de seulement 422 grammes, cette veste allie légèreté et haut niveau de protection. Une imperméabilité qui n’entrave en rien l’évacuation de la transpiration et la circulation de l’air. On peut également saluer la présence d’une capuche, pour une protection des plus totale, mais aussi de poches extrêmement pratiques.

Choisir la bonne taille

Il s’agit là de bon sens me direz-vous, néanmoins, il y a d’autres éléments à prendre en compte. Le premier est d’anticiper l’ajout de couches supplémentaires. Pour cela, je vous déconseille de choisir une taille qui collera la veste à votre corps. Cela ne vous laissera plus aucune marge, en plus d’entraver la respirabilité et votre confort de mouvement. Ne tombez pas dans le piège inverse, je ne viens pas de dire de prendre une veste 2 tailles au-dessus de celle habituelle. Simplement une taille dans laquelle vous êtes à l’aise et qui vous permet d’ajouter une ou deux couches en dessous.

Dernier détail, d’une marque à l’autre, les tailles ne se correspondent pas forcément, faite donc attention. C’est le cas par exemple de North Face dont les vestes ont tendance à tailler grand. Ce qui n’enlève rien à la qualité de celles-ci, notamment ce modèle qui a retenu notre attention :

Veste The North Face Quest
Il s’agit là d’une veste dont la légèreté au toucher, contraste avec sa robustesse face aux éléments. Son tissu « Dryvent » assure une parfaite évacuation de la sueur vers l’extérieur. Tandis qu’à l’inverse, vous resterez dans le même temps à l’abri aussi bien de la pluie, que de la neige et du vent. Plusieurs points de serrage, notamment au niveau des poignets et de la capuche, vous permettront d’améliorer encore davantage le niveau d’imperméabilité.

C’est à vous !

Voilà ! J’espère que cet article vous aura été utile, et surtout que grâce à lui, plus jamais vous n’aurez froid en randonnée.

À quelle veste Hardshell va votre préférence ? Votre choix est déjà fait ? Des idées ou des suggestions ? N’hésitez pas à les partager dans la section commentaire.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Florian Demandols

Florian Demandols

Florian Demandols est un journaliste et rédacteur français, originaire de Marseille. Passionné de voyage, de sport, de nature, et d’histoire, il sillonne le monde afin de nourrir son insatiable curiosité. Florian est notre spécialiste VTT!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *